Agir avec les indiens Shipibo

Agir avec les indiens Shipibo

Le projet : "Les shipibos racontent"

1. Naissance du projet

v     Présentation des acteurs du projet :

Nous sommes trois étudiants qui avons créé en France une association nommée NOI RAO qui a pour objectif de valoriser la culture Shipibo, ethnie indigène située en Amazonie péruvienne. Depuis 2003, nous travaillons dans le but de soutenir un projet shipibo : la création d'un livre bilingue (shipibo/castillan) sur la culture shipibo à destination des enfants. Pour réaliser toutes les démarches préalables et trouver des fonds, nous avons mis à profit nos parcours universitaires variés. Voilà l'équipe :

-         Frédérique BOSI : 4ème année de psychologie à l'université Haute Bretagne Rennes 2

-         Nolwenn MESNY : Maîtrise Aménagement du Territoire à l'université Haute Bretagne Rennes 2 et Master Patrimoine rural et valorisation culturelle à l'université Lumière Lyon 2

-         Eric BOUGEARD : Maîtrise de sociologie et Master Gestion de l'environnement à l'Université Haute Bretagne Rennes 2.

 

Notre participation à ce projet consiste à soutenir l'initiative des shipibos, en apportant un soutien financier et logistique. Nous effectuons par exemple un travail de coordination entre les différentes organisations officielles indigènes et péruviennes souhaitant participer ou appuyer le projet. Nous aidons également les shipibos pour les enregistrements audio et vidéo des témoignages qu'ils souhaitent récolter.

 Darwin et son grand père écoutent l'entretien de ce dernier qui nous a parlé des traditions du mariage... un spécialiste puisqu'il a eu jusqu'a 5 femmes!

v     Description du projet :

Cette idée est née au Pérou, des shipibos mêmes dans la communauté native de San Franscico de Yarinacocha (située près de la ville de Pucallpa dans la région Ucayali), qui souhaitaient transmettre à leurs enfants leur culture. Les effets conjugués de l'exploitation forestière, de l'extension de Pucallpa (principale ville de la région) et de la colonisation, concourent à l'effacement progressif des références culturelles et identitaires des Shipibos, et rendent problématique leur existence dans leurs territoires traditionnels. C'est cette perte d'identité, la volonté de préserver et valoriser leur culture, notamment auprès des plus jeunes, qui sont à l'origine de ce projet. 

 Il s'agit de collecter auprès des anciens des témoignages, diverses histoires et messages qu'ils souhaitent léguer à leurs enfants.

L'idée est de les récolter dans les diverses provinces de l'Ucayali, le long de la rivière où sont localisées les communautés shipibo, c'est-à-dire en basse, moyenne et haute Ucayali. Trois exemplaires du livre seront distribués par école shipibo.

Nous travaillons principalement avec trois shipibo habitant à San Francisco de Yarinacocha : Alberto Sanchez Rio, Darwin Ruiz Marin, Herminio Mejia Vasquez.

La durée prévue pour la réalisation du projet au Pérou est estimée entre 6 et 8 mois à partir du 15 novembre 2005.

v     Soutiens actuels en France :

Par rapport à notre budget initial nous avons pu récolter 14 600 euros ce qui semblait correspondre à nos premières estimations. Aujourd'hui, nous sommes soutenus par divers organismes :

·        Soutiens moraux :

- Le CRIDEV (Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Libération des peuples), organisme qui vérifie la fiabilité et la bonne concordance des projets de solidarité internationale, a validé le projet et montre son soutien en proposant notamment de participer à une table ronde sur cette expérience à notre retour.

- L'association l'Oeil vert, située à Peumerit, près de Quimper, qui agit pour la reconnaissance des Peuples indigènes du Pérou nous soutient par exemple en communiquant ses contacts.

- L'association française Shane qui œuvre en faveur du peuple shipibo-conibo en mettant en place diverses actions (parrainages scolaire, atttributions de bourses d'études) elle se consacre également à la diffusion de la culture shipibo, notamment à travers la réalisation de documentaire sur leur univers traditionnel et artistique (leur 2ème DVD "Ucayali, entre terre et eau... le chant" a obtenu le prix "Coup de Coeur à Toulouse" en avril 2006 et a été projeté en Novembre à la Rochelle lors des  "Escales Documentaires"  et à "l'Espace Intermonde").

L'association Shane trouve ce projet intéressant et le soutient.

 

·        Soutiens financiers :

- Concernant les sponsors privés, nous recevons l'appui des Chambres d'hôtes « Les camélias », et de Polders'nack.

- Les organismes publics participants sont :

- le Conseil Général d'Ille et Ville,

- la ville de Rennes, le Crous,

- l'Université Haute Bretagne Rennes 2,

- le Collège public de Guichen,

- la Direction Régionale de la Jeunesse et des sports à travers le dispositif « Défi Jeune ».

 

Notre projet se poursuivra en France par la mise en place d'actions culturelles avec des écoles, des bibliothèques, des librairies, des cafés culturels, des salles d'expositions, des associations, etc. dans le but de faire découvrir la culture shipibo, et partager nos expériences au travers du projet. Ces animations seront également l'occasion de distribuer le livre à nos différents partenaires.

 

2. Organisation au Pérou 

v     Partenaires au Pérou :

Depuis la France, nous avions établi quelques contacts, mais c'est en arrivant au Pérou en novembre 2005 que nous avons pu réellement trouver des partenaires et s'entendre sur des collaborations diverses pour mener à bien le projet :

-         Contrat avec le CAAAP (Centro Amazónico de Antropología y Aplicación práctica) : le livre sera édité par le CAAAP qui se charge de l'ultime correction des textes, de la mise en page, de l'impression et de la distribution. Un tel éditeur est extrêmement intéressant car leurs objectifs sont communs aux nôtres.

-         Convention avec ORAU (Organización Regional AIDESEP Ucayali)  dans le but de rendre officiel ce projet et d'informer toutes les communautés natives shipibo de l'existence du projet.

-         Instituto Superior Pedagógico Publico Bilingüe (ISPPB) avec qui nous travaillons en ce qui concerne la correction du shipibo, la traduction en castillan et les vérifications des textes et des significations.

-         Accord de la Dirección Regional de Educación Ucayali (DREU qui dépend du Ministère de l'Education) pour distribuer le livre dans toutes les écoles shipibo et pouvant être utilisé par les professeurs pour l'enseignement bilingue. Elle s'engage à rédiger une Résolution Régionale permettant de faciliter la distribution et l'utilisation du livre, et propose d'organiser une conférence de presse lors de la publication et la distribution du livre.

-         Soutien matériel (bateau, ordinateur...) du CIPA (Centro de Investigación y Promoción de Amazonía).

-         Soutien des diverses Fédérations indigènes, qui serviront de relais pour diffuser l'information des les différentes communautés natives et qui mettera à notre disposition des représentants shipibo qui nous accompagneront lors de déplacements dans les communautés. 

 

v     Contenu du livre :

Un livre de bonne qualité – permettant de bien résister dans un climat chaud et humide – de 150 pages glacées, couçu de 20x22 cm en couleur.

Thèmes abordés :

- Mythes et Contes

- Vie traditionnelle shipibo : fêtes traditionnelles, l'utilisation des plantes, le shamanisme, la signification de l'iconographie, l'artisanat, la peinture

- Chansons infantiles

- Une pièce de théâtre reprenant un conte

 Couverture du livre

v     Déroulement du projet au Pérou :

Depuis notre arrivée au Pérou l'organisation et le calendrier initiaux ont quelque peu évolués.

o       Décembre : collecte des textes avec les auteurs shipibos à San Francisco (Medio Ucayali) de mythes, contes, textes sur la vie traditionnelle, etc., ainsi que de peintures shipibo pour illustrer le livre et quelques dessins d'enfants. Réalisation d'activités (contes, chants, dessins...) avec les enfants pour récolter quelques dessins illustrant les différents thèmes du livre. Premières transcriptions des textes réalisées par un étudiant shipibo. Récolte de textes auprès de personnes appartenant au Bajo Ucayali.

o       Janvier : début de la correction du shipibo et de la traduction conceptuelle en castillan par des professionnels (deux professeurs bilingues de ISPPB). Déplacement dans quelques communautés natives de l'Alto Ucayali pour récolter de nouveaux témoignages.

o       Février : travail de correction et traduction des professionnels. Atelier de 3 jours avec une quinzaine de professeurs bilingues:

Ce fut en réalité difficile de mobiliser les troupes car c'était la période du Mondial Shipibo! Au mois de février des équipes de foot de toutes les communautés se retrouvent à Yarinacocha (port sur la lagune à côté de la ville de Pucallpa) pour une semaine de compétition. Enfin plus ou moins, mais surtout par tous les temps; on n'est donc jamais sûr de la date précise de la finale! 

o       Mars : Apport du matériel (écrit et peintures) au CAAAP et mise en page

o       Avril-Mai : impression

o       Mai ou Juin : distribution du livre dans toutes les communautés natives shipibo. Manifestation à San Fransisco de Yarinacocha pour la parution du livre (conteurs, théâtre...).

 Finalement nous n'avons pas pu intégrer de pièce de théâtre dans le livre, ni organiser de petit évènement à San Francisco car le livre est toujours en cours d'impression. La distribution du livre commencera donc en septembre et nous ferons une vidéo conférence lors de sa parution à la municipalité de Pucallpa.


23/08/2006
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres